Interviews

Anne-Marie Mitterrand
Anne-Marie Mitterrand

Quel est votre parcours?

Zéro parcours, pas de diplôme, aucune performance, des maris, des enfants, j’étais et je reste juste une mère de famille nombreuse, rien de plus classique. Petits enfants petits soucis, les voilà grands, je suis là pour eux quand ils ont besoin de moi.

J’ai peur de l’eau et de la montagne, je n’aime pas l’air, ni les vacances, ni le bridge, mon voyage à moi c’est l’écriture, une fatalité à laquelle on n’échappe pas quand elle vous tombe dessus. Que faire d’une nécessité incontournable, sinon y céder, plus encore, s’y noyer? Chacun son ivresse. Je ne peux m’empêcher d’écrire, roman, récit, théâtre, à la mairie ou au préfet de police, tout est bon, j’écris. Les larmes aux yeux, la rage au cœur ou dans un éclat de rire, c’est à travers mes personnages que je vis la puissance et la gloire, la douleur de la trahison ou les affres de la jalousie. Tout près de moi, le divin Opéra, la voix de la Callas s’élève, me transporte l’âme vers les étoiles. Je me laisse aller à la grandeur, à la force des sentiments, tendresse, violence, je devine, j’invente les excès du pouvoir, les dérapages de l’amour, sa dégoûtante bassesse parfois. Je comprends la beauté de la sexualité ou sa misère. Coupée du monde, j’approche l’intense. A mon sens, l’écriture est une délivrance interdite dans le quotidien d’une femme ordinaire. Je n’en reviens pas, cependant c’est la vérité,  l’écriture demeure toujours pour moi l’évasion miraculeuse.


Quels projets d’écriture avez-vous pour l’avenir?

J’en ai trop. Les idées se bousculent, se superposent, s’entassent dans ma tête. Normal : l’être humain m’intéresse et d’un minuscule évènement je fais un roman à épisodes! Je fatigue tout le monde avec mes histoires! Mes enfants, mes proches me rappellent à l’ordre, quand donc va-t-elle débrancher, et l’esprit au repos, profiter des petits plaisirs de l’existence. Heureusement que l’écriture demande du temps, car si j’en avais assez jusqu’à épuiser mon inspiration, on n’en sortirait pas! Les projets planifiés avec ardeur s’effondrent toujours, cependant j’espère que la pièce de théâtre que je viens de terminer — Maman, j’aurai pas ta vie — sera bientôt sur scène.

Vous pouvez aussi voir les dernières interviews d’Anne-Marie Mitterrand :

4 commentaires Ajouter un commentaire

  1. Beriouni Amid dit :

    Merci pour vos écrits, mots si chargés d’amour et d’humanité.
    http://www.amidberiouni.moonfruit.fr

    1. Cher ami, vos compliments me touchent au fond du coeur. Ce montrer humain et ne pas faire ce que l’on ne voudrait pas que l’on vous fasse, devrait être un principe de base, au coeur de cette humanité un peu perdu.Très amicalement, Anamaria

  2. Hubert Lévy-Lambert dit :

    Pour quelqu’un qui dit qu’elle n’a pas de parcours, chapeau bas !

    1. Cher Hubert Lévy-Lambert, un an trop tard, je réponds à votre gentil message que je viens seulement d’apercevoir sur mon blog. Je suis désolée de cet impardonnable retard. Merci pour votre bienveillance, j’espère à bientôt. Anamaria

Ecrivez votre commentaire puis appuyez sur le bouton en bas "laisser un commentaire"

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s