Les dangers de la galanterie |The pitfalls of gallantry

english version

Les dangers de la galanterie

Mes amis,

Beaucoup d’entre vous sont déjà partis en vacances, seuls les célibataires, amoureux de Paris sont contents de rester dans une ville désertée par ses habitants mais bourrée de touristes qui restent groupés entre eux. La solitude a du bon… Point trop n’en faut… Normal de vouloir la rompre. Messieurs soyez vigilants, et vous les mères de garçons, mettez-les en garde. Mieux vaut être seul à la maison qu’au trou dans une prison. Pour peu qu’un brave gars propose une tasse de thé ou un coca à une charmante personne qui lui sourit en le croisant dans la rue, il risque les menottes.

C’est arrivé il y a trois jours à un ami de longue date, la cinquantaine, tout à fait présentable, et bien élevé. En milieu de journée, une femme d’une quarantaine d’années trébuche sur le trottoir à côté de lui; spontanément il la retient et l’empêche de tomber. Ils font connaissance. Quelle coïncidence! Ils exercent le même métier. Mutuellement, ils s’accordent le plaisir de prendre un verre à la terrasse d’un café. Sympathique pause au cours de laquelle, ils échangent leurs cartes de visite, puis se quittent sur un aimable au revoir, mon copain, qui se veut courtois, lui fait compliment de son charme.

SST255-2986

Le soir même et jusqu’à l’aube, il reçoit une série de messages sur son portable, l’accusant de harcèlement sexuel à l’endroit de la dame en question, le menaçant de lui défoncer la gueule et celle de sa vieille mère dont il a la charge . Au matin le malheureux se précipite au commissariat dont le soutien est réservé : il peut déposer plainte s’il le désire mais sans voie de fait à constater, la police ne peut rien faire pour lui, autrement dit : -Revenez nous voir quand vous serez mort. Connaissant mon infinie tendresse à l’endroit des hommes, le pauvre bougre me téléphone alors pour me demander mon avis à moi, mère de plusieurs fils, il me sait modérément féministe et n’est pas le premier que j’aide à sortir de ce genre de mésaventure. Hélas oui ! J’en ai repêché quelques-uns à l’issue d’une garde à vue injustifiée, pourtant je suis toujours aussi choquée. C’est quoi ce monde de fous qui veut à tous prix éradiquer les bons moments de l’existence tels que l’hommage que rend un homme à une femme en lui faisant la cour, l’émerveillement d’un baiser volé ou le plaisir d’une rencontre éphémère. Oui il y a des sales types qui tapent leur compagne, de grands nerveux qui oublient leurs devoirs, il faut les sanctionner.

couple-bar-678x381.jpg

Mais de grâce, évitons les ignobles amalgames, ils ne font pas la majorité. On ne parle jamais des nouveaux mâles à la fois valets de pied, banquiers complaisants, nounous serviables, et de plus en plus timides avec les dames. On ne parle jamais, non plus, des femmes actuelles qui profitent du système si hostile aux hommes. A jouer les victimes, avec larmes et tremblements, elles obtiennent de bonnes rémunérations. En Amérique c’est devenu un racket reconnu. Pour rester libre, le mec casque. Le monde va se couper en deux, les femmes et les hommes chacun de son côté. Et la vie sera triste car ils sont faits pour se compléter, non pour se déchirer. Elles, piliers de famille, eux des éternels enfants qui font rire. Nous sommes tous des êtres humains avec des défauts et des qualités, la femme d’aujourd’hui est prête à tout pour ne pas ressembler à sa mère, trop docile, – Maman, j’aurai pas ta vie – . Ce n’est pas une raison pour détruire l’homme, et l’envoyer en tôle à la plus délicieuse des louanges qu’il murmure timidement.

Sur ces bonnes paroles, je vous souhaite de bonnes vacances et de jolis rendez-vous galants.


The pitfalls of gallantry

My friends,

Many of you have already gone on vacation, only singles, lovers of Paris, are happy to stay in a city deserted by its inhabitants but packed with tourists who visit in groups. Loneliness is good… In small amount… It’s only human to want to break free from it. Gentlemen be vigilant, and you boys’ mothers, do warn them. Better to be alone at home than in solitary jail. If a good guy offers a cup of tea or a coke to a charming person who smiles back at him across the street, he’s facing handcuffs.

It’s just so happened three days ago to a long-time friend, fifties, quite presentable, and well brought up. In the middle of the day, a woman in her 40s stumbles on the sidewalk next to him; spontaneously he holds her back and prevents her from falling. They’re meeting. What a coincidence! They do the same job. Mutually, they agree to have a drink on the terrace of a café. Nice break during which they exchange their business cards, then leave on a kind goodbye. My friend, who wants to be courteous, compliments her on her charm.

SST255-2986

That same evening, and until dawn, he receives a series of texts on his cell phone, accusing him of sexual harassment towards the aforementioned lady, threatening to beat him up and his old mother which he is in charge of. In the morning the unfortunate rushes to the police station whose support is reserved: he can file in  a complaint if he wants but without evidence of an actual assault, the police can’t do anything.  In other words: – Come back when you will be dead. Knowing my infinite tenderness for men, the poor guy calls me then to ask my opinion, as a mother of several sons, he knows I’m a moderate feminist and he’s not the first I help out of this kind of mishap. Alas! I have drafted some of them after an unjustified custody, yet I am still shocked.What is this crazy world that wants to eradicate the good moments of life such as the hommage a man makes to a woman while flirting with her, the wonder of a stolen kiss or the short pleasure of an ephemeral meeting. Yes there are dirty guys who hit their companion, hysterics who forget their obligations, they must be punished.

couple-bar-678x381

But please, let’s avoid the ignoble mix-up, they are not the majority. We never speak of new generation of men, who are at the same time valets, compliant bankers, helpful nannies, and more and more shy with the ladies. Neither do we ever speak of nowadays women who profit from a system so hostile to men. Playing the poor victim, all tears and shaking, to obtain a good financial settlement.
In America it has become an undesguized racket. To remain free, the guy pays. The world will be cut in half, women and men each on their own. And life will be sad because they are made to complement each other, not to tear each other apart. They, pillars of family, they are eternal children who make laugh. We are all human beings with flaws and qualities, the woman of today is ready for anything not to look like her mother, too docile, – Mom, I will not have your life -. This is not a reason to destroy a man, and to send him to jail, simply because he shyly whispers the most delicious praise.

On these good words, I wish you good holiday and most pleasant dates.

Ecrivez votre commentaire puis appuyez sur le bouton en bas "laisser un commentaire"

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s