Le mot «amour» n’est-il pas trop utilisé ?

On mange, on s’habille, on se soigne «comme j’aime», on fait le métier «que j’aime», on «aime» ses voisins, naturellement. Autre utopie : Il est insuffisant d’accueillir  l’envahisseur  à  bras ouverts. On  ne le  connait pas  mais  il faut l’ « aimer» !

Quand les migrants ont débarqué, l’hospitalité en Allemagne fut délirante, en France  à peine plus réservée. Certains qui osaient se montrer un peu sceptiques quant à la qualité des invités furent traités de sans-cœurs, parmi la foule de ressortissants quelques mauvaises personnes auraient pu s’infiltrer, cependant on ne vérifia pas les curriculums de chaque visiteur. Voyons ! Avec l’amour va la confiance ! Aujourd’hui, à Calais, les personnes déplacées ont la gratitude haineuse: Attaques. Dégradations. Hostilité. Une chose est sûre, de leur côté, l’amour n’y est pas ! Les Calaisiens, les routiers ne savent plus comment éviter les pièges qui leurs sont tendus. Outre-Rhin, à l’identique ! Les citoyens si hospitaliers il y a quelques mois, ne le sont plus.

Nous sommes déjà soumis au politiquement correct, au bien-être obligatoire, récemment  à l’angélisme, on ne va pas nous ajouter l’amour de commande.

Ne galvaudons pas ce mot merveilleux quand il a du sens. D’accord, l’amour n’était peut-être pas assez utilisé jadis. On éduquait l’être humain dans le devoir, l’effort, et la volonté. Des valeurs austères certes mais combien nobles! …

Employer à tous bouts de champs le verbe aimer pour minimiser les dangers et nier la réalité est une tromperie, une illusion qui fait mal quand elle s’effondre. Il n’est pas donné à tous d’aimer son métier mais il faut en exercer un, qu’on l’aime ou non. Avec l’usure du temps, il est normal de plus aimer son conjoint comme au premier jour, ce n’est pas une raison pour détruire une famille! On serre les dents. On déteste son quartier, mais on n’a pas la possibilité d’en changer, tant pis, c’est comme ça !

Venons-en à l’amour de l’autre, le vrai, l’amour humain. Personnellement, je connais plein de gens qui ne sont pas doués, n’aiment personne hors eux-mêmes et ce sont ceux-là qui en parlent le plus d’amour.

Basta avec l’amour! Protégeons ce mot des usurpateurs qui s’en servent pour abuser leurs prochains, et laissons-nous le bonheur de prononcer, sans arrière-pensée, mais dans la vérité vraie ces deux merveilleux mots : «Je t’aime». Quand l’amour est si fort qu’il ne peut être contenu, sur le quai d’une gare pour un départ ou un retour, après une étreinte qui vous a transporté vers les étoiles, crié avec passion à l’enfant qui se jette dans vos bras, murmuré au grand fils qui se lance dans la vie. «Je t’aime» «Mon amour» des mots qui doivent garder leur beauté, rare et sacrée, la beauté des sentiments.

5 commentaires Ajouter un commentaire

  1. William SEROR dit :

    Anne-Marie Mitterrand a les tripes à fleur de peau: son oxygène est sa passion. Normal que le
    « j’aime » d’aujourd’hui semé un peu partout, ne saura jamais produire le grain ou le fruit qui naissait du geste auguste de notre bon vieux semeur ! Alors tout a changé ? Que nenni !
    J’ai eu l’honneur et le plaisir de lire quelques pages de la vie -et sur la vie-de Madame Anne-Marie Mitterrand: personne n’imagine assez fort combien son être se donne aux Vivants, mais aussi comment elle protège la mémoire de ceux qui ont remplit nos émotions et marqué
    l’ humanité , avant de nous quitter ! J’ai dit « l’ humanité » ? Pardon, je vous vois sortir votre fusil. Je sais, je sais que l’humanité en ces jours noirs, n’est qu’un conglomérat d’amalgames de « je t’aime » et de « moi non plus », à des je ne sais qui, et pour des je ne sais quoi ! Mais la révolte existe, non? Pour quand, je ne sais pas…
    Parce qu’elle offre à tous ceux qui la connaissent la chaleur de ses veines pour vivre leur vérité, parce qu’elle est frêle comme un duvet d’amour, Anne-Marie a toujours les bras tendus: pour serrer contre elle ceux qui souffrent ou… pour étouffer ceux qui sont remplis de haine mais qui jouent au « malheureux » ! C’est pour cela que ses « je t’aime » sont des contrats de vie, contrairement à nos élans « politiquement corrects » qui annoncent une certitude de mort !
    William SEROR

    1. Merci cher William de ton amitié si bienveillante, tu es adorable Merci AM

  2. Je vous comprends Anne-Marie. Il me semble qu’aimer commence par écouter, apprendre à connaître. Comment peut-on aimer quelqu’un qu’on ne connaît pas? Même si l’amour rend aveugle, on ne peut se passer de cette étape. C’est pour cela qu’il faut, comme vous le dîtes bien, faire attention à l’usage du mot « aimer ». Je ne veux pas dire qu’il faille détester celui qu’on ne connaît pas, mais le véritable amour nécessite une connaissance, sous peine de rester superficiel.

  3. Raoux dit :

    J’aime !! (Tout joke mis à part, on a besoin de ces réactions contre l’affaissement du discours et la dilution des concepts. Bravo, on continue !

  4. Emmanuel Duprat dit :

    Chère Anne-Marie,
    Heureux de vous lire. J’apprécie, et non pas j’aime!, votre style!
    Amitiés,
    Emmanuel

Ecrivez votre commentaire puis appuyez sur le bouton en bas "laisser un commentaire"

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s