Le travail c’est la santé

Je n’ai pas eu le temps de faire autre chose que de terminer la correction de mon prochain livre, un travail sans fin si on est un peu consciencieux, ce n’est jamais assez bien! Pourtant, il faut savoir s’arrêter! Le bouquin est enfin entre les mains de mon éditeur qui doit me donner la date de sa sortie dont je ne manquerai pas de vous tenir informés.

J’avoue me sentir démunie ainsi dépourvue de mon labeur quotidien, ingrat parfois, cent fois revenir sur chaque phrase, c’est pénible, mais qui donne un sens à ma vie.

D’accord je ne suis pas ouvrière à la mine, néanmoins qu’il soit manuel, créatif ou sportif, artisanal, industriel ou intellectuel, le travail sauve de l’introspection malsaine, de l’ennui qu’engendre l’oisiveté et de la paresse dans laquelle on se noie. Le travail est source d’espoir et d’ambition, pas toujours couronné de succès, oui ça peut être dur, oui le patron est autoritaire, les collègues parfois désagréables mais le travail est une raison de se lever le matin, d’avancer et de se faire des amis.

Pas la peine d’aller chez le psy pour comprendre qu’on devient fou quand on ne fiche rien, d’ailleurs, il vous incitera au repos puisque du malaise de ses clients dépend l’état de ses finances.

Tout en France incite les gens à la paresse depuis des années, le travail est sanctionné, moins rentable que l’oisiveté pourquoi diable se donner la peine de travailler? Normal que les habitudes soient prises et remarquable qu’un gouvernement se risque à les contrer. Il faut du courage pour affronter la colère des citoyens paniqués à l’idée de la contrainte la plus anodine.

Les êtres humains sont devenus fous ! Pour une année de retraite sinistre à attendre la mort, pour quelques heures de congé maladie en moins, pour le moindre effort à fournir dans l’espoir de relever le pays, les jeunes et les vieux se mettent en pétard, négligeant les millions que ça coute aux contribuables, ils cassent tout, brûlent les voitures, détruisent les vitrines, saccagent et multiplient les nuits debout et les défilés révolutionnaires. Les éboueurs, les conducteurs de trains, les pilotes d’avions, les préposés aux valises, et les étudiants encore plus vindicatifs que les autres, prêts au combat pour travailler moins, tous unis pour anéantir ceux qui ne pensent pas comme eux.

Normal que les courageux soient manipulés par les feignants, ceux-là ont du temps pour faire la révolution, les premiers le consacrent à leur boulot, on ne peut pas tout faire !

Que se passerait-il si nos gouvernements successifs ne cédaient plus ?

9 commentaires Ajouter un commentaire

  1. Leurent dit :

    Chère Anne-Marie, nouvelle lectrice de votre blog, j’ai tout lu d’un seul coup! J’adore votre façon feutrée, un brin mélancolique, de croquer le monde d’aujourd’hui, vous le dessinez avec des pensées qui font du bien, vous lire me rassure, merci de partager si généreusement votre élégance des mots…

    1. Comme vous me touchez! Oui, j’essaie d’écrire avec mesure, pourtant j’ai envie de prendre les armes… Merci de votre bienveillance AM

  2. Chère Anne-Marie,
    Votre analyse est malheureusement terriblement exacte, paresse et égoïsme sont les maîtres du jeu ! Et quel gouvernement aurait la témérité de ne pas céder, ce qui va pourtant devenir une nécessité …

    1. Il faudrait tous s’unir contre une minorité sanguinaire et horrible. Mais comment faire nous sommes tous englués dans le politique ment correct, dommage et merci de me comprendre A bientôt AM

  3. emmanuel dit :

    Chére Anne-Marie,
    Nous vivons dans un pays avec une très ancienne histoire sociale. C’est entre autres pour cela que la France reste une nation toujours productive et écoutée dans le monde. Pour que les enfants cessent de travailler à 8 ans , pour l’éducation pour tous etc… Il en aura fallu des batailles pour ce qui nous semble évident aujourd’hui. Je ne crois pas que le leitmotiv des protestataires divers soit pour travailler moins. Il me semble plus qu’ils craignent des baisses de salaire pour le même job, comment dés lors leur en vouloir? Chacun dans son métier défend ses intérêts à la hausse ou au moins au statut quo.
    Quand aux chômeurs, les études montrent qu’ils préfèrent largement travailler que ne « rien faire ».
    Car oui on devient fou enfermé chez soi.
    Au moins nous sommes d’accord sur un point : revendiquer par des moyens violents n’a pas de sens.
    Amitiés

    1. N’exagérons rien, et ne nous penchons pas sur un passé depuis longtemps révolu. Les jeunes sont les plus revendicateurs et les « Nuit Debout » une bonne occasion de s’amuser gratos. Quand au chômeurs j’en connais trop qui s’organisent pour juste toucher les allocations pour ne pas être méfiante! Démolir, casser tabasser pour une année de retraite en moins oui la paresse est la plus forte!

      1. emmanuel dit :

        Chère Anne-Marie,
        Je crois que nous sommes d’accord, nous aimons le travail, quel qu’il soit-rémunérateur-artistique-passionné- même ennuyeux, et ne comprenons pas ceux qui voient un intérêt à passer une vie sans travailler!
        Au plaisir de vous revoir.
        Emmanuel

  4. jmhoussay dit :

    Chère Anne-Marie,je suis bien daccord avec vous. Nous avons perdu le sens du bien commun. Pourquoi notre pays est-il en mauvaise posture? Tout simplement parce que nous privilégions notre confort à l’intérêt général. Et le résultat est là :tout le monde est perdant!

    1. Chez nous les Protestants, nous avons été prévenus dès le plus jeune âge oui la vie est dure, il faut du courage et de la ténacité, mais il y a
      de fabuleux moments dont on ne peut profiter quand on est englué dans la paresse. Merci de votre message. AM

Ecrivez votre commentaire puis appuyez sur le bouton en bas "laisser un commentaire"

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s