New York…New York

shutterstock_229838068

 

Merveilleux de voir New York par beau temps, doux, ensoleillé, juste un vent léger doux comme une caresse. La ville est somptueuse, toujours en essor, trépidante, le mouvement est ininterrompu, les restaurants sont pris d’assaut, les rues pleines de gens de tous les horizons, se côtoient destins obscurs et personnages triomphants. Plus loin, des orchestres de Jazz installés dans les squares enchantent les promeneurs.

Un autre paramètre qui a son importance m’a frappé, malgré le foisonnement, l’agitation et le bruit, flotte une impression de sécurité, voleurs, agresseurs semblent absents. Pour le voyageur habitué à la morosité des capitales Européennes, la différence s’impose : à New York, la réussite est accessible à celui qui la convoite. Pour peu qu’on soit jeune, travailleur et ambitieux, c’est bien là qu’il faut tenter sa chance.

Alors pourquoi en marchant sur les larges trottoirs surpeuplés des avenues, dans les allées des espaces verts dois-je ressentir un certain étonnement que j’essaie d’analyser. Dans les jardins, assises sur des bancs, des femmes, indifféremment jeunes ou vieilles, un peu perdues, les plus âgées hagardes, les unes comme les autres sont « seules ». Des hommes pressés marchent vite « seuls ». Des adolescents, filles hyper sexy, très attirantes, garçons très discrets, ne se baladent pas ensemble en bandes animées, en guise de compagnie, le téléphone à l’oreille.

Maintenant, je comprends ma perplexité. Pas une critique mais une constatation. Une formule que ma belle-fille, il y a quelques mois en villégiature à New York, avait utilisée pour qualifier ces milliers de passants, multitude de gens sans point commun qui déambulent en permanence :  Une foule solitaire. AM

©WilliamPerugini_Shutterstock

 

 

2 commentaires Ajouter un commentaire

  1. francbras@aol.com dit :

    Ai reconnu la finesse de vos analyses et apprécié votre ton. Bien amicalement. François.

  2. Duprat dit :

    Anna-Maria,

    Le NYC d’aujourd’hui ressemble peu à celui d’il y a 20 ou 30 ans. Le maire Giuliani a d’abord eu une politique de tolérance zéro vis-vis des délinquants. NYC était vraiment dur dans les années 80. Puis le sida a ravagé les populations dites « dangereuses » dont les toxicomanes qui avaient une lourde part des crimes à leur charge. Enfin vous y ajoutez un contrôle invisible mais réel suite au 11/9 et une volonté de réhabilitation des quartiers pauvres ( East Village) et vous obtenez une ville des plus sûrs du monde.

Ecrivez votre commentaire puis appuyez sur le bouton en bas "laisser un commentaire"

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s