Messieurs méfiez-vous de ces dames

 

 

D’abord, je vous le dis sans détour, moi j’adore les hommes. Alors, peut-être mon cœur balance : vers eux.

J’admets qu’au début du siècle, au milieu aussi, jusque dans les années 1970, un redressemen t du statut féminin était nécessaire, les hommes battaient leurs femmes, à tort et à travers, selon le proverbe bien connu : « Bats ta femme, si toi, tu ne sais pas pourquoi, elle le sait » Bravo à nos égéries féministes d’avoir combattu ce fléau qui a provoqué la mort d’un grand nombre d’innocentes. Aujourd’hui, les mentalités ont changé, et je voudrais juste évoquer les dérives occasionnées par des lois qui ne tiennent pas compte de la diversité masculine. Ils ne sont pas tous des tyrans brutaux et méchants, il y en a de merveilleux, gentils et travailleurs.

Ce sont ceux-là dont les femmes se servent pour profiter des avantages consentis à celles qui ont de quoi se plaindre.

Les femmes peuvent être rusées. Pas besoin d’être battue pour se débarrasser de son mari avec la loi pour soi, il suffit de lui piquer ses clés pendant son sommeil. Le pauvre gars se retrouve sur le trottoir, sans même sa brosse à dents. Facile alors de l’attaquer pour abandon du domicile conjugal et si pour récupérer du linge de rechange, il fait un scandale devant la porte fermée du logement dont il paie le loyer, il sera poursuivi pour violence!

Que les tendres, les naïfs, les hommes de bonnes volonté, fassent attention, les femmes ne sont pas toutes des saintes, il y en des malignes.

6 commentaires Ajouter un commentaire

  1. Bravo Anne Marie, un très bon sujet qu’il convient de développer. Ceci existe en effet aussi, mais reste cependant tabou d’en aborder les contours. Vous le faite très bien. J’en profite, pour nous annoncer la naissance de mon journal francophone hebdo au Brésil. http://www.brasil-infos.com Cordialement. François-Mary Bourreau Directeur du journal.

    1. Anamaria Mitterrand dit :

      Cher François-Mary,
      Merci de votre message. Je suis d’accord avec vous, la prison est un sujet tabou. Donnons du confort et une instruction à nos prisonniers, exigez de l’affection est un peu fort !
      Bravo pour votre journal francophone. Je vais le lire. Et vous me permettrez de le commenter.
      Très amicalement,
      Anamaria

  2. rebecca wengrow dit :

    dans mon prochain livre, un nouvelle traite du chagrin des pères.

    Date: Mon, 14 Jan 2013 09:22:13 +0000 To: rebecca_wengrow@hotmail.fr

    1. Anamaria Mitterrand dit :

      Chère Rebecca,
      Merci de ton intervention. J’espère que tu vas mieux. Et je pense souvent à toi.
      Je t’embrasse.
      Anne-Marie

  3. trambly dit :

    que faites vous des femmes battues dont les hommes font passer pour folles pour s’en débarrasser …..madame renseignez vous avant avec des vraies femmes battues et souvenez vous qu une femme meurt tous les 2 jours en France sous les violences……je suis a votre dispositions pour plus de renseignements….

    1. Pourquoi me parlez-vous d’un autre problème ? Je ne parle pas des femmes battues. Ce n’est pas parce qu’il exite des femmes battues qu’il n’y a pas d’hommes en détresse. Je côtoie des hommes qui sont maltraités et de ceux là, on ne parle jamais.

Ecrivez votre commentaire puis appuyez sur le bouton en bas "laisser un commentaire"

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s