Est-ce Internet qui creuse le fossé entre les générations ?

Moi j’adore les jeunes, ils nous poussent à marcher droit, c’est génial de travailler avec eux, ils sont courageux, inventifs, souvent formidables. Mais quelle énorme différence d’une génération à l’autre!

Parents de grands ados à la quarantaine, de jeunes adultes à la cinquantaine, vingt, vingt-cinq ans les séparent, avant Internet c’était peu, depuis c’est énorme. Tout a changé, les mentalités, les habitudes, le langage, même les rapports humains ! On ne se parle plus on s’écrit des messages bourrés de fautes d’orthographe, on ne se rencontre plus dans une boum ou dans un bal de village, à la campagne comme à la ville c’est pareil, on fait connaissance par internet ! Comment  une mère des années 80 qui n’avait pas de téléphone portable, peut-elle comprendre que sa fille de dix-huit ans soit amoureuse d’un garçon rencontré sur Internet,  il habite à des milliers de kilomètres. Heureusement, Skype est là! Ainsi, la mère peut se faire une petite idée ! Mais sa famille, ses amis, demeurent dans le mystère. La mère met en garde sa fille, elle voudrait lui expliquer le bonheur d’un geste, l’émotion d’une caresse, l’euphorie du premier baiser ? Elle se fait rembarrer il n’y aura pas de déception lors de leur rencontre puisqu’ils s’aiment !

Là évidemment, il y a fossé !

Tout est à l’avenant, conversations, achats, aveux très intimes, transaction professionnelle ou  souvenir à partager, on passe par Internet.

Confronté à cette nouvelle manière d’entretenir des relations sociales, la réaction des seniors varie, soit on se lance dans l’aventure, l’effort est énorme, on fait semblant de s’y connaître, et on croule sous les spams qu’on ne sait pas virer. Soit on se fait aider par un jeune, il clique si vite qu’on décroche et c’est lui qui entretient vos contacts, ou bien on se drape dans le passé, refus catégorique de la communication via Internet et on est abandonné de tous, le fossé entre générations devient gouffre.

Pour ma part je dis qu’il faut y aller, ce n’est pas une question d’âge mais de mentalité, nous qui ne sommes pas nés avec un Ipad entre les mains, nous devons nous adapter comme si c’était le cas. Ne nous laissons pas épater par les jeunes, ils ont des pannes aussi, à force de fausses manip et de temps perdu à les rattraper parfois, on leur fait découvrir des manœuvres qu’ils ne connaissent pas! Alors il n’y a plus de fossé.

                                                            Anne-Marie Mitterrand

________________________________________________________________  

               Mon nouveau livre « Reste avec moi »  disponible ici

2 commentaires Ajouter un commentaire

  1. Anne LEVY dit :

    Très juste, ds les années 70, pour accéder à son amoureux, il fallait passer par la ligne téléphonique familiale et unique « Bonjour Madame, pardonnez-moi de vs déranger, pourrais-je parler à X, je vous prie ? » et pas question de renouveler l’opération plus d’une fois par jour…
    Nos enfants ados, rare privilégiés, bénéficiaient d’une ligne fixe dédiée, pour que les parents puissent accéder à la leur.
    Désormais, le travail et les relations professionnelles passent par Internet, en tout cas pour moi qui ne rencontre jamais ma redac chef. Mais pas question d’être sur facebook ou autre pour exposer sa vie privée, ses sentiments. La génération sans internet, ce sont nos parents, démunis pour s’informer sur un lieu, un hôtel, une expo, et dépassés par ce gouffre des générations. C’est vrai, difficile d’obtenir que les enfants les appellent, mais, a contrario, plus ils vieillissent, moins ils sont bavards au téléphone…
    Annemarie, bravo, continue à nous réjouir par tes chroniques si vraies !
    Amitiés, Anne LEVY

  2. wengrow rebecca dit :

    Bonsoir Anne marie, je pense qu’il ne faut pas prendre ça comme un combat à se mener. Une concurrence. Non, nous leur apportons certaines choses, ils nous en apportent d’autres. Un soir, nous dînons tous ensemble, nous nous rapprochons autour d’une table. Un autre jour, nous communiquons par Internet, un outil formidable. Je pense que c’est à nous, les aînés de ne pas être en opposition. Pour nous, aussi, c’est un outil important. C’est à nous de leur dire, oui, c’est bien, mais imprime les photos pour tes grands parents. C’est à nous de leur dire, « passe un petit coup de fil à tes grands parents, un jour ils ne seront plus là ». C’est à nous, de préserver, ce que nous avons construits depuis leur enfance. Les valeurs familiales. D’insister sur les anniversaires en famille, même si ça les ennuie. Même s’ils ne passent qu’une heure. C’est à nous, les adultes, les parents, par le dialogue, et l’amour,qui devons leur montrer que nous avons besoin d’eux. Comme ils ont besoin de nous. Bises Anne. Rebecca (via hotmail :-))

Ecrivez votre commentaire puis appuyez sur le bouton en bas "laisser un commentaire"

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s